Circuit des fontaines

Le Circuit des Fontaines

Riche d’une histoire séculaire, la commune de Colombier recèle plusieurs trésors patrimoniaux. Le Circuit des Fontaines est l’occasion de partir à leur découverte dans un cadre naturel et charmant. Issues des différentes eaux souterraines et sources qui irriguent Colombier, les fontaines sont présentes en nombre sur la commune et constituent un élément à part entière du patrimoine. À travers deux itinéraires distincts, le Circuit des Fontaines vous propose d’aller à la rencontre de sept d’entre elles : la fontaine Saint-Patrocle, la fontaine du Mont Longereau, la fontaine de Montchabry, la fontaine de la Charbouillerie, la fontaine de la Merlerie, la fontaine de Beauvoir, la fontaine de Chez le Berche.

 

La fontaine Saint-Patrocle

Auréolée de légendes, la fontaine Saint-Patrocle1 jouit d’une renommée qui dépasse les frontières de Colombier. Comme son nom l’indique, son histoire est intimement liée à celle de saint Patrocle. La tradition veut que, l’eau faisant défaut pour construire son église et son monastère, saint Patrocle aurait lancé un marteau en prononçant les mots suivants : « Là où mon marteau tombera, une source jaillira ». Retombé à une centaine de mètres de l’église, ce dernier aurait miraculeusement fait jaillir une source, donnant ainsi naissance à la fontaine Saint-Patrocle.

Fontaine Saint-Patrocle

Il est difficile dans ce récit de ne pas voir la résurgence de croyances antérieures au christianisme. Mentionnons notamment le rituel germanique du Hammerwulf au cours duquel on lançait un marteau pour marquer symboliquement les limites d’une propriété. On peut aussi esquisser une analogie avec le dieu celte Sucellos qui frappait le sol de son maillet pour le fertiliser ou faire apparaître des sources. Quoi qu’il en soit, la légende qui préside à la fondation de la fontaine Saint-Patrocle s’inscrit pleinement dans la tradition hagiographique. Par son geste, saint Patrocle accomplit un acte fondateur ; il s’approprie et christianise un ancien lieu de culte païen d’origine probablement celtique. Au fil des siècles, la fontaine Saint-Patrocle a occupé une place prépondérante dans le culte rendu au saint. Aujourd’hui encore, lors du pèlerinage en l’hommage de saint Patrocle qui a lieu tous les ans en juillet, la procession à la fontaine constitue l’un des moments phares de la célébration.

Maints miracles sont attachés à la fontaine Saint-Patrocle. Ses eaux guériraient notamment la fièvre, les maladies de peau ainsi que les animaux mal-en-point. En sus de ses vertus thérapeutiques, la fontaine Saint-Patrocle posséderait le pouvoir d’exaucer certains souhaits. Ainsi, les jeunes filles désirant se marier sont invitées à se rendre à la fontaine pour y accomplir un rituel qui varie selon les traditions (remplir son verre sans plier les genoux, jeter une pièce dans l’un des bacs de la fontaine, etc). Hormis ces faits merveilleux, la fontaine Saint-Patrocle est aussi célèbre pour ses propriétés physiques remarquables. En effet, quelle que soit la période de l’année, son débit reste constant, elle ne tarit jamais et reste toujours agréablement fraîche.

Une parenthèse bucolique et hors du temps

Quoique plus modestes et anonymes, les autres fontaines qui jalonnent notre parcours n’en sont pas moins dignes d’intérêt. S’offrant à la vue au détour d’un chemin, elles séduisent par leur authenticité et leur caractère pittoresque.

 

Entièrement rénovées par les membres de l’association ADEM, elles ont retrouvé leur superbe et apportent un témoignage éloquent sur la vie des habitants du temps jadis. En l’absence d’eau courante, ces fontaines étaient d’une aide précieuse. Réparties entre les différents hameaux de la commune, elles s’avéraient indispensables aux travaux et aux besoins quotidiens de nos ancêtres.

Pour les courageux marcheurs qui éprouveraient quelque fatigue durant leur périple, des tables ainsi que des bancs disposés à proximité des fontaines permettent de se reposer tout en profitant des paysages environnants. Car, le Circuit des Fontaines, c’est aussi le « patrimoine vert » de Colombier que constituent les chemins ruraux et leurs richesses naturelles. Au cours de ses pérégrinations, le promeneur découvrira la commune sous un angle nouveau où la nostalgie d’un âge révolu se mêle aux plaisirs de la contemplation.

 

Comme l’écrit en effet l’écrivain Michel Tournier dans Le Miroir des Idées, le chemin de terre est une « joie pour l’œil et l’esprit ». Contrairement à la route asphaltée qui fait « glisser l’œil vers le lointain », il arrête le regard et nous met « en relation avec les profondeurs souterraines ».

Bonne balade…

 

 

 

 

 

 

1Notons que plusieurs travaux scientifiques, dont ceux du célèbre Emile Mâle, ont été consacrés à Saint-Patrocle et au culte qui lui est rendu. Parmi les derniers en date, citons le mémoire de Master première année d’Alexandre Dupraz intitulé : L’église et le prieuré de Colombier, du VIème siècle après J.C. jusqu’à nos jours.